Espagne


Données générales
  • Carte d'identité
Superficie : 506 000 km²
Population : 43 millions
Densité : 88 hab./km²
Capitale : Madrid
Langues : Espagnol castillan et langues régionales (basque, catalan, galicien, valencien)
Religion : catholique
PNB par habitant : 25 400 $ (26ème rang)
Indice de fécondité : NC
Espérance de vie : 78 ans
Monnaie : Euro
  • Histoire
L’espace ibérique connaît une histoire commune, globalement romanisée, christianisée.
Les wisigoths vont créer un royaume très puissant de 414 à 711 environ, lorsque les Berbères établissent leur influence musulmane, et ensuite quand le dernier des Omeyyades de Damas, ayant échappé au massacre de sa famille, va créer la nouvelle dynastie (avec le titre de calife en 929).
Au nord de la péninsule, la résistance chrétienne s’organise. Au début du 11ème siècle, le roi de Navarre de Sanche le Grand amorce la reconquête et laisse à ses fils trois royaumes : Navarre, Aragon, et Castille - Léon. La Castille joue le premier rôle, et accorde en 1143 l’indépendance au Portugal.
En 1275, Castille triomphe et l’Espagne musulmane se réduit à l’émirat de Grenade, en fait vassal de la Castille.
En parallèle, le royaume d’Aragon, qui annexe les comtés catalans, reste très important.
En 1479, Ferdinand, accédant au trône d’Aragon, réalise l’union avec la Castille, dont il a épousé 10 ans plus tôt la reine, Isabelle.
Le destin de l’Espagne commence avec cette union.
Ce grand règne conjoint est marqué par des événements majeurs de l’histoire européenne :
- la fin de la présence musulmane
- l’expulsion des Juifs d’Espagne
- le début de la terreur de l’Inquisition
- enfin, l’aventure de l’expansion outre-atlantique
Jeanne, la fille des Rois Catholiques, a épousé un Habsbourg, Philippe le Beau. Leur fils sera Charles Quint, qui va cumuler les couronnes d’Espagne avec la couronne impériale.
Son fils Philippe II (1555-1598) sera, en Espagne, à la fois le souverain de l’apogée, puis celui des revers majeurs : le fiasco de l’Invincible Armada.
Ses successeurs vont perdre une grande partie de l’héritage bourguignon, Provinces-Unies, Artois, Franche-Comté….
Charles II meurt sans descendant en 1700, en léguant son trône à Philippe d’Anjou, petit-fils de Louis XIV. Philippe V finira par remporter la guerre de succession contre les Habsbourg.
L’Espagne attaque la France révolutionnaire, puis s’y allie en 1796 de peur que ses colonies ne passent à l’Angleterre. Une querelle de famille des Bourbons d’Espagne conduit Napoléon à imposer son frère aîné Joseph comme roi en 1808.
Une terrible guerre s’en suit, qui aboutira au rétablissement du Bourbon Ferdinand VII en 1814.
Une guerre civile de succession éclate à sa mort : Ferdinand a une fille, Isabelle, et abolit la loi salique pour lui permettre de lui succéder, ce que refusent les « carlistes » de la branche cadette. Les soulèvements carlistes dureront tout le 19ème siècle.
Isabelle II sera aussi détrônée en 1868, un roi de la dynastie de Savoie investi, puis une éphémère république (1873-74), avant le rétablissement de Alphonse XII, fils d’Isabelle II.
Tout au long du 19ème siècle, les colonies américaines s’affranchissent de l’Espagne, et en particulier les dernières après la guerre avec les Etats-Unis (1898), Cuba, Philippines.
Alphonse XII meurt en 1885. Il laisse un fils posthume, Alphonse XIII, sous la régence de sa mère Maria-Cristina de Habsbourg.
L’Espagne demeure neutre durant la première guerre mondiale.
En 1931, les élections amènent la proclamation de la seconde république.
En 1934, éclate la guerre civile, qui verra, après des combats et des massacres atroces, la victoire des forces armées du général Franco.
Celui-ci prend le titre à vie de Caudillo de ce qui est, officiellement, le royaume d’Espagne.
Le régime réprime tout nationalisme, toute opposition avec férocité, tout en poursuivant un développement économique facilité par l’indulgence américaine – Franco est demeuré neutre durant la seconde guerre mondiale.
En 1969, Franco désigne Juan Carlos de Bourbon, petit-fils d’Alphonse XIII, comme son successeur – comme futur roi.
On ne donnait pas cher de son avenir à l’époque.
Pourtant à la mort du dictateur en 1976, le nouveau roi entame avec détermination la démocratisation du pays, avec son Premier Ministre Adolfo Suarez.
L’Espagne démocratique, défiée par le terrorisme basque et les revendications autonomistes, n’a cessé d’évoluer vers plus de décentralisation, tout en poursuivant un développement économique spectaculaire. L’Espagne est très logiquement entrée dans la CEE en Janvier 1986.
  • La langue de l'Espagne

Le castillan est la langue officielle espagnole. Les langues catalane (par ailleurs langue officielle d’Andorre), galicienne, valencienne, en sont proches. En revanche, le basque, dont l’origine reste mystérieuse, est tout à fait unique comme langue.

 
 
L'Espagne et l'Euro

Qualification sans problème pour l’introduction au 1er janvier 2002. La réussite économique du pays est éclatante, sous les gouvernements socialistes comme conservateurs.

  • L'atelier et les différents
L'atelier national est à Madrid, c'est la Casa de la Moneda dont le M couronné orne fièrement les monnaies espagnoles depuis des siècles et signe désormais les euros. Ce prestigieux emblème a été réintroduit en 1982. L'atelier produit de nombreux euros nationaux et de nombreuses commémoratives ainsi qu'une partie de la production des 20 cent Grèce 2002 qui sont identifiées par la lettre E dans l'étoile à 8h. La distribution des monnaies est réalisée sous forme de rouleaux et de sachets (bolsa) par la Fabrica Naconal de Moneda y Timbre (FNMT). Le nom du pays apparaît sous sa forme espagnole ESPAÑA.
  • La monnaie
Les pièces de circulation espagnoles sont relativement simples :
- 1, 2 et 5 cent : Saint Jacques de Compostelle
- 10, 20 et 50 cent : Cervantès
- 1 et 2 euro : le roi Juan Carlos 1er
De 1999 à 2009
1 cent 2 cent 5 cent 10 cent
20 cent 50 cent 1 euro 2 euro
A partir de 2010
1 cent 2 cent 5 cent 10 cent
20 cent 50 cent 1 euro 2 euro
A partir de 2015
1 cent 2 cent 5 cent 10 cent
20 cent 50 cent 1 euro 2 euro

Courant juillet 2007, nous apprenons qu'une décision politique pourrait bien être à l'origine de nouvelles faces pour les monnaies espagnoles. En effet, le groupe parlementaire socialiste a fait une proposition de loi visant à modifier les faces nationales des pièces de 10 à 50 cent afin de faire apparaitre autant de portraits féminins que masculins sur les pièces espagnoles, et ce d'un point de vue égalitaire. Il a donc été proposé qu'apparaissent le portrait de Campoamor Claire, une femme très importante de la Seconde République espagnole qui a lutté dans le but d'obtenir le droit de vote pour les femmes en Espagne il y a 75 ans. Cette décision semble tombée à l'eau puisque depuis, le 2 juin 2014, le roi Juan Carlos 1er a abdiqué, c'est son fils Felipe VI qui reprend la couronne. A cette occasion, une seconde pièce de 2 euro a été émise cette année-là et en 2015 les deux plus fortes faciales se verront tout naturellement gravées avec le profil du nouveau roi.

 

Les 2 euro commémoratives

En 2005 paraît la première 2 euro commémorative espagnole, sur le thème de "Don Quichotte", il aura fallu attendre 2010 pour voir apparaître la seconde pièce commémorative à l'initiative de l'Espagne, mais cela marque le début d'une longue série sur le thème du patrimoine mondial de l'Unesco.

Les 2 euro commémoratives
2005 400ème anniversaire de Don Quichotte
2007

50 ans du Traité de Rome (émission commune des 13 pays)

2009 10 ans de l'Euro (émission commune des 16 pays)
2010 Patrimoine mondial de l'Unesco :  centre historique de Cordoue
2011 Patrimoine mondial de l'Unesco :  palais Généralife de l'Alhambra de Grenade
2012 10 ans de circulation l'Euro (émission commune des 17 pays)
Patrimoine mondial de l'Unesco : cathédrale Santa Maria de Burgos
2013 Patrimoine mondiale de l'Unesco : Monastère et Site Royal de l'Escurial
2014 Patrimoine mondial de l'Unesco : le parc Güell Gaudi
Succession de la couronne
2015 Patrimoine mondial de l'Unesco : Altamira
30 ans du drapeau Européen (émission commune des 19 pays)
2016 L'aqueduc de Ségovie
2017 Eglises du royaume des Asturies
L’Espagne, en sus des coffrets annuels BU, a émis des coffrets BE, ainsi qu'une quantité abondante de pièces non circulantes.
  • Les billets

La lettre pays des billets est le V.

On trouve le V de l'Espagne sur les billets de 5, 10, 20, 50, 100, 200 et 500 euro et pour les deux signatures, Wim Duisenberg et Jean-Claude Trichet.

Pour la partie de la production dont elle est en charge, l'Espagne a fait participer l'imprimeur espagnol (M), l'imprimeur hollandais (G), l'imprimeur allemand (P) et l'imprimeur belge (T).

Contact

E-mail : pays@amisdeleuro.org

Liens

- le site de la Fabrica Naconal de Moneda y Timbre (FNMT) : http://www.fnmt.es/

- page Facebook de la FNMT : https://www.facebook.com/pages/Real-Casa-de-la-Moneda/155991127767872?nr=1377627502499554

Retour en haut de page

 

 

Dernière mise à jour le 30/07/2013
par Clément CAUDRON