Chypre


Données générales
  • Carte d'identité
Superficie : 9 000 km²
Population : 0,9 million
Densité : 100 hab/km²
Capitale : Lefcosia (Nicosie)
Langues : grec, turc, anglais
Origines : hellénophones (80%), turcophones (20%)
Religions : orthodoxe (80%) et musulmane (20% partie nord)
PNB par habitant : 10180 €
Indice de fécondité : 1,6
Espérance de vie : 78 ans
Monnaie : Euro
  • Histoire
L’île d’Aphrodite est depuis l'antiquité un carrefour de civilisations. Sa richesse en cuivre - dont elle tire son nom - sera déterminante dans l’intérêt des envahisseurs.
Mycénienne, phénicienne, l’île deviendra égyptienne puis, logiquement, romaine (58 av. J-C) et byzantine. Conquise par les Arabes au Xème siècle, Chypre sera reprise par Richard Cœur de Lion lors de la troisième Croisade. Celui-ci l’offre en 1192 au calamiteux Guy de Lusignan, le roi de Jérusalem responsable du désastre de Hattin face à Saladin. Les chevaliers de Saint Jean de Jerusalem s’y installeront un temps, avant de s’établir à Rhodes.
Guy de Lusignan et ses successeurs vont régner jusqu’en 1489 sur Chypre, et la veuve du dernier roi Lusignan, Catherine Cornaro, une vénitienne, lègue l’île à sa patrie.


Malgré une très longue présence catholique (près de 400 ans), le peuple chypriote demeure fidèle à l’orthodoxie.
Les Ottomans font la conquête de l’île en 1570, et y resteront un peu plus de 300 ans. Une partie de la population se convertit à l’islam, sans qu’il y ait eu pour autant de colonisation turque.
L’empire ottoman en voie de dissolution accorde le contrôle de Chypre à l’Angleterre en 1878, annexé en 1914. La tension est vive avec la nouvelle colonie, où le mouvement en faveur de l’Enosis - l’union avec la Grèce - est important.
Après 1945, l’agitation tourne à la révolte. Makarios III, l’archevêque de Chypre, est à la tête du nationalisme. La dernière guerre de libération coloniale en Europe se situe à Chypre, très durement réprimée par l’Angleterre. Makarios est déporté dans les années 1956/1957, mais l’opinion internationale va obliger à admettre l’indépendance en août 1960 sous la présidence de Makarios.
Les germes de la division issus de la période coloniale entre communautés (qui n’existaient pas auparavant) rendent difficiles les débuts du jeune état. Makarios, fervent nationaliste, s’oppose frontalement aux Colonels dictateurs grecs qui cherchent à redorer leur blason en exploitant l’idée d’Enosis. Le 15 juillet 1974, Makarios est renversé par un coup d’état ; l’armée turque débarque le 20, et le 24, le régime des Colonels s’effondre.
Le mal est fait, Chypre est divisée. Aujourd’hui encore, Nicosie est la seule capitale d’Europe coupée en deux.
Makarios revient au pouvoir, et meurt en 1977, adulé comme héros national.
Depuis, l’écart n’a cessé de se creuser entre les deux parties du pays : Chypre hellénophone a vu affluer les capitaux chrétiens lors de la guerre du Liban. Chypre turcophone paupérisée a vu affluer... les immigrants turcs anatoliens (40 000 alors que les chypriotes turcophones sont à peine 100 000).
La communauté internationale ne reconnaît que la république de Chypre (la totalité de l’île), et pas la république turque auto-proclamée en 1983 au nord.
Cette république de Chypre est entrée logiquement dans l’UE le 1er mai 2004. Les tentatives de l’ONU (plan Annan) pour réunifier l’île ont échoué, mais le dossier pèse lourd dans la candidature turque à l’UE.

  • Les langues chypriotes

Les hellénophones majoritaires parlent un grec qui diffère notablement de celui de la Grèce.
D’ailleurs, l’idée de l’Enosis (union avec la Grèce) est aujourd’hui écartée. Les turcophones parlent le turc classique.

 
 
Chypre et l'Euro
  • Engagement dans MCE II
Comme les dix nouveaux membres de 2004, Chypre s'était engagée à adopter l’Euro. Le pays s’est montré fidèle à cet engagement en adhérant le 2 mai 2005 au mécanisme de convergence (MCE II). La parité était la suivante : 1 € = 0,5838 livre chypriote. À noter aussi que c’est le seul pays avec Malte à avoir une devise de valeur supérieure à celle de l’Euro.
Ses résultats économiques de 2005 n'étaient pas satisfaisants sur tous les critères (alors qu’ils étaient satisfaisants en 1992, lors de l’adoption des critères de Maastricht).
Le rapport de mars 2006 s'était cependant montré très optimiste, le seul critère non atteint étant celui de la dette publique (inférieure à 60% du GDP) qui a été atteint à terme (notons que sur ce critère, c’est la tendance qui est appréciée). En mai 2007, Chypre a émis une pièce de 1 £ (non destinée à la circulation), reproduisant le motif de la pièce "Traité de Rome" des treize pays de la zone Euro ; cette pièce était vendue à un prix très élevé par la Banque de Chypre.
Le Conseil Européen de Berlin a ensuite entériné les recommandations de la BCE et de la Commission pour une admission au 1er janvier 2008. La parité définitive était alors la parité pivot de la période MCE II. La mise en circulation des kits de pré-alimentation et des premiers sets BU a fait l’objet de polémiques et d'interrogations ; la période de double circulation était fixée à un mois.
  • L'atelier et les différents

Chypre ne possède pas d'atelier, c'est la Finlande qui frappe les pièces euro chypriotes mais il n'a aucun différent sur le pièces.

  • L'Euro en Grande-Bretagne

La Grande-Bretagne, suite à l’indépendance de l’île de Chypre, avait obtenu le droit de conserver deux bases militaires qui sont les seuls points d’appuis stratégiques dont elle dispose en Méditerranée. Les accords passés avec le gouvernement chypriote prévoient que la Grande-Bretagne exerce sa souveraineté et donc pleine juridiction sur ces deux enclaves territoriales. Elles se nomment AKROTIRI et DEKHELIA. La population qui vit sur ces deux territoires est composée de militaires et de civils anglais du ministère de la Défense ainsi que de leurs familles, soit autour de 14 000 personnes. Or les accords passés avec le gouvernement chypriote en 1960 prévoient que la seule monnaie qui a cours légal dans ces deux enclaves est la Livre chypriote. C'est ainsi tout naturellement que l'Euro a été adopté sur ces bases militaires le 1er janvier 2008, Euro qui a ainsi cours légal sur une partie du territoire britannique...

  • Les monnaies
Le choix des faces nationales a été effectué fin 2006, suite à un concours sur trois thèmes :
- 1, 2 et 5 cent : les mouflons (espèce caractéristique de Chypre)
- 10, 20 et 50 cent : voilier chypriote de Kyrenia
- 1 et 2 euro : statuette antique : l’idole antique de Pomos (3000 av. J.C)
On notera le nom du pays qui entoure les motifs : KYΠPOΣ (Kypros en grec) et KIBRIS (en turc).
Depuis 2008
1 cent 2 cent 5 cent 10 cent
20 cent 50 cent 1 euro 2 euro
 

Les 2 euro commémoratives

A l'occasion de l'édition de la 2 euro commémorative du dixième anniversaire de l'Euro, Chypre réalise sa première pièce commémorative de 2 euro.

Les 2 euro commémoratives
2009 10 ans de l'Euro (émission commune aux 16 pays)
2012 10 ans de circulation l'Euro (émission commune des 17 pays)
2015 30 ans du drapeau Européen (émission commune des 19 pays)
2017 Paphos Capitale européenne de la Culture
 
  • Les billets

La lettre pays des billets chypriotes est le G.

Chypre n'a pas émis de billets en euro portant sa lettre à ce jour. 

Contact

E-mail : pays@amisdeleuro.org

Liens

- Descriptif du concours monétaire sur le site de la Banque Centrale chypriote : http://www.amisdeleuro.org/documents.php?doc_id=55&lg=fr

- Plus généralement, le site de la Banque Centrale chypriote : http://www.centralbank.gov.cy/

- Communiqué officiel d'admission de Chypre dans la zone Euro : http://www.amisdeleuro.org/documents.php?doc_id=54&lg=fr

- Polémique sur les kits de pré-alimentation et sur les BU : http://www.amisdeleuro.org/documents.php?doc_id=240&lg=fr
 

Retour en haut de page

 

Dernière mise à jour le 30/07/2013
par Clément CAUDRON