Belgique


Données générales
  • Carte d'identité
Superficie : 30 513 km²
Population : 10,9 millions
Densité : 356 hab./km²
Capitale : Bruxelles
Langues : néerlandais, français, allemand
Origine : flamands (66%), wallons (34%)
Religion : catholiques majoritaires
PNB par habitant : 35 700 €
Indice de fécondité : 1,83
Espérance de vie : 78,9 ans
Monnaie : Euro
  • Histoire

La spécificité de la région ne s’affirme qu’au 14ème siècle.
Le pays belge passe au duché de Bourgogne, puis à Charles Quint et aux Habsbourg.
La Réforme va entraîner la scission entre le nord (aux mains des protestants de la maison d’Orange, les Provinces Unies), et les catholiques des Pays-Bas espagnols en 1587.
A l’issue de la guerre de Trente Ans, en 1648, les Provinces-Unies gagnent la possession des pays du sud.
Les guerres successives aboutiront au contrôle de la région par l’Autriche des Habsbourg en 1748, inaugurant une période de paix et de prospérité.
Envahis par la France républicaine en 1795, les Pays-Bas suivent les soubresauts de la période – et le bref règne de Louis Bonaparte – mais se modernisent en profondeur.
 
Au Congrès de Vienne (1814-1815), un grand royaume des Pays-Bas réunit les ex-Provinces Unies, Pays-Bas autrichiens, et Liège.
Mais bientôt les catholiques et libéraux du sud du royaume déclenchent une révolution à Bruxelles en Août 1830.
En Octobre, un Congrès se prononce pour une monarchie parlementaire, reconnue par la conférence de Londres en 1831.
Léopold de Saxe-Cobourg-Gotha est choisi comme roi le 21 Juillet 1831.
Le roi des Pays-Bas Guillaume 1er refuse le fait accompli mais devra s’incliner en1839 (Traité de Londres).
Le long règne de Léopold II (1865-1909) voit l’aventure coloniale africaine de Belgique, mais le Congo est une possession personnelle du souverain. Les exactions liées  à cette période sont maintenant mieux connues et dénoncées.
Malgré la neutralité affichée du royaume, le pays est envahi par l’Allemagne en 1914 ; le roi Albert 1er mène la résistance armée au sud du pays. Il en tire une immense popularité. La Belgique sort de la guerre sans grand changement. En 1940, la neutralité n’empêche pas une nouvelle invasion allemande. Léopold III capitule et demeure en Belgique, attitude qui lui sera beaucoup reprochée. La « question royale » après la fin de la guerre lui interdit de régner jusqu’en 1950. Si le peuple se prononce pour la monarchie, le roi doit abdiquer en faveur de son fils aîné Baudouin, qui saura jusqu’à sa mort en 1993 rétablir le prestige de la monarchie.
La Belgique moderne est née d’un fait religieux : le sud catholique des Pays-Bas opposé au nord protestant. Le royaume naissant avait consacré le triomphe de la Wallonie francophone.
La question linguistique, la ruine de la Wallonie industrielle vont mettre fin au consensus. 
A la mort du roi Baudouin en 1993, l’état belge se transforme profondément sous une forme fédérale avec trois régions, flamande, wallonne et la région Bruxelles.
Ce système a évolué vers de plus en plus de transferts de compétence.
Après les élections de 2007, la Belgique est entrée dans un tourbillon qui pourrait déboucher sur l’éclatement, souhaité par les extrémistes flamands.La Belgique a été de toutes les étapes de la construction européenne, depuis le Traité de Rome.

 
 
La Belgique et l'Euro

Sans problème, la Belgique s’est qualifiée pour une introduction au 1er janvier 2002.

  • L'atelier et les différents

La Monnaie Royale de Belgique possède un atelier à Bruxelles, sans marque particulière. C'est donc naturel que nous ne trouvions aucun différent sur les séries Euro de Belgique, hormis le A couronné frappé du chiffre 2 (en romain) d'Albert II. Toutefois, à compter du millésime 2008 pour les séries, on voit apparaître deux poinçons : la tête casquée de l'archange Saint-Michel et la balance romaine (marque du commissaire des monnaies Romain Coenen). Le poinçon de la balance sera remplacé ensuite par la plume d'oie de Serges Lesens en 2010 et à partir de 2013 le chat de Bernard Gillard.

  • Les monnaies
Les pièces belges ne sont pas d’une grande originalité, elles représentent le profil droit du roi Albert II.

La Belgique a dû modifier à deux reprises ses faces nationales afin de respecter les recommandations de Bruxelles :

  1. En 2008, pour que figurent sur les pièces une identification claire du pays (soit libellé complet du pays soit une abréviation de celui-ci) et pour que les 12 étoiles soient disposées de la même façon que sur le drapeau européen. La Monnaie Royale profita de ces changements, pour ajouter ses deux poinçons et modifier légérement le profil du roi Albert II. Désormais, on trouvera sur les séries Euro belges en plus de ces deux poinçons, les initiales BE. Tous ces ajouts ont été placés ainsi que le millésime et le A couronné à l'intérieur de la partie centrale, les étoiles occupant désormais toute la couronne. Il faut néamoins noter que les deux poinçons figurent sur les pièces commémoratives depuis quelques temps déjà y compris sur les 2 euro commémoratives, et ce depuis la première en 2005.
  2. En 2009, suite aux modifications réalisées sur le profil du roi en 2008, la Monnaie Royale a dû faire retour arrière car dans les dernières modifications des recommandations sur les émissions Euro (c.f. Journal Officiel de la commission Européenne n°2009/23/CE), il n'est autorisé de modifier le profil d'un chef d'état que tous les 15 ans afin de tenir compte de son changement d'apparence. Bien sûr les autres modifications (poinçons, millésime, ...) sont toujours d'actualité.
  3. En 2014, suite à l'abdication au 21 juillet 2013 du roi Albert II, c'est le portrait de son fils Philippe qui figurera sur les pièces belges.
De 1999 à 2007 : Albert II (premier type)
1 cent 2 cent 5 cent 10 cent
20 cent 50 cent 1 euro 2 euro
De 2008 : Albert II (second type)
1 cent 2 cent 5 cent 10 cent
20 cent 50 cent 1 euro 2 euro
De 2009 à 2013 : Albert II (troisième type)
1 cent 2 cent 5 cent 10 cent
20 cent 50 cent 1 euro 2 euro
A partir de 2014 : Philippe
1 cent 2 cent 5 cent 10 cent
20 cent 50 cent 1 euro 2 euro

 

Les 2 euro commémoratives

La Belgique a émis une pièce 2 euro commémorative chaque année depuis 2005. A compter de 2006, sur les 2 euro commémoratives belges, on peut voir apparaitre la lettre B ou le nom du pays :
Les 2 euro commémoratives
2005 Commémoration de l’union économique avec le Luxembourg
2006 Atomium de Bruxelles
2007

50 ans du Traité de Rome (émission commune des 13 pays)

2008 60 ans des droits de l'homme
2009 10 ans de l'Euro (émission commune des 16 pays)
200 ans de la naissance de Louis Braille
2010 Présidence de la Belgique à l'Union Européenne
2011 100 ans de la journée internationale de la femme
2012 10 ans de circulation l'Euro (émission commune des 17 pays)
75 ans du concours reine Elisabeth
2013

100 ans de l'Institut Royal Météorologique

Les dessins des pièces du second et troisième prix sont disponibles ici.

2014

100 ans de la première Guerre Mondiale

150 ans de la Croix Rouge belge

2015

200 ans de la bataille de Waterloo (annulée)

2015 : Année européenne du développement
30 ans du drapeau Européen (émission commune des 19 pays)
2016 Jeux olympiques de Rio
Actions de l'organisation Child Focus
2017 200 ans de l'université de Liège
200 ans de l'université de Gand

La Belgique participe aux émissions Benelux auquel elle appartient, et émet de façon significative des commémoratives non circulantes.

  • Les billets

La lettre pays des billets belges est le Z.

On trouve le Z de la Belgique sur les billets de 5, 10, 20, 50, 100, 200 et 500 euro et pour les deux signatures, Wim Duisenberg et Jean-Claude Trichet.

Pour la partie de la production dont elle est en charge, la Belgique a fait participer l'imprimeur belge (T).

Contact

E-mail : pays@amisdeleuro.org

Liens

- le site de la Monnaie Royale de Belgique : http://treasury.fgov.be/intermunt/fr/

- Page Facebook de la Monnaie Royale de Belgique : https://www.facebook.com/pages/Monnaie-royale-de-Belgique/1415455308699781

 

Retour en haut de page

 

Dernière mise à jour le 30/07/2013
par Clément CAUDRON