Autriche


Données générales
  • Carte d'identité
Superficie : 83.858 km²
Population : 8,3 millions
Densité : 98 hab./km²
Capitale : Vienne
Langues, origine : allemand, minorité slovène
Religion : catholiques
PNB par habitant : 36 900 $ (14ème rang)
Indice de fécondité : 1,39
Espérance de vie : 79,2 ans
Monnaie : Euro
  • Histoire
L’Autriche actuelle a fait partie de l’Empire Romain, puis envahie par les Huns, les Lombards, les Francs.
Partie du Saint-Empire germanique, le pays voit en 1273 l’émergence des seigneurs de Habichtsburg (le Château de l’Epervier), lorsque le comte Rodolphe, au nom de Habsbourg, est élu empereur. Vainqueur d’Ottokar II de Bohême, il s’empare de l’Autriche.
Les princes électeurs d’Allemagne choisissent un Habsbourg comme empereur.
Lorsque Maximilien, fils de Frédéric III, épouse en 1477 Marie de Bourgogne, le destin de la dynastie bascule.
Après l’apport des possessions bourguignonnes, le mariage de Philippe le Beau en fait l’héritier des rois catholiques d’Espagne.
Charles Quint, le souverain d’un pays « sur lequel le soleil ne se couche jamais », laisse à son frère Ferdinand 1er en 1556 les couronnes impériales, d’Autriche et de Bohême.
La monarchie des Habsbourg inclut aussi les Pays-Bas, le Milanais, Naples, la Sicile.
En 1699, Eugène de Savoie, ayant brisé le siège ottoman de Vienne, récupère la Hongrie centrale.
La succession de Charles VI en 1740 en faveur de sa fille Marie-Thérèse, épouse de François de Lorraine crée de fait une nouvelle dynastie – les Habsbourg-Lorraine.
La guerre de Succession d’Autriche qui en résulte fera perdre à l’Autriche  une partie de ses duchés italiens, mais le Traité d’Aix-la-Chapelle en 1748 consacre la nouvelle alliance avec la France, dont l’aboutissement sera le mariage, en 1770, de l’archiduchesse Marie-Antoinette avec le Dauphin Louis.
L’Autriche profite des partages de la Pologne pour recevoir la Galicie dès 1772.
François II, en 1804, se proclame empereur d’Autriche, tout en demeurant celui du Saint-Empire. Après les victoires de Napoléon, il renonce à ce dernier titre.
Après 1815, Metternich l’Autrichien définit l’Allemagne comme une association d’états souverains présidée par l’empereur d’Autriche.
La Prusse est de plus en plus réticente.
Les révolutions de 1848 font éclater les contradictions. L’empereur Ferdinand est remplacé par son neveu François-Joseph.
L’Autriche perd ses possessions italiennes (Lombardie et Vénétie) entre 1859 et 1866.
Les conflits éclatent avec la Prusse.
Bismarck va les relancer en 1866. La guerre aboutit à la défaite autrichienne de Sadowa en 1866, prélude au nouveau Reich allemand, proclamé … à Versailles en 1871.
Confronté à cette grande défaite, l’Autriche réforme son propre empire : l’impératrice Elisabeth, très hungarophile, pèse de sous son poids pour imposer le « compromis austro-hongrois », la double monarchie, où chaque partie gère de façon autonome les peuples qui leur sont rattachés, c’est-à-dire côté autrichien la Galicie, la Slovénie, l’Istrie et Dalmatie, et la Bohême.
Le 28 Juin 1914, l’assassinat de l’archiduc héritier François-Ferdinand précipite l’Europe dans la guerre.
Après les succès initiaux, la défaite se profile. L’armistice est d’abord signé le 3 Novembre 1918 avec l’Italie.
Le 11 Novembre, la république est proclamée, et l’armistice signé avec les autres Alliés, tandis que l’Empire des Habsbourg est dépecé. Le souhait des Autrichiens est de se joindre comme Land à la nouvelle république allemande (l’Anschluss, sans la connotation ultérieure). Le Président Wilson, en violation surprenante du principe des nationalités, et du droit des peuples à disposer d’eux-mêmes, le refuse. Ceci va créer une immense frustration, aussi bien en Autriche qu’en Allemagne.
Les idées nationales-socialistes gagnent du terrain dans l’après-guerre.
Le vrai Anschluss de  1938 sera donc bien accueilli en Autriche.
La participation aux horreurs nazies sera importante. On se souvient du scandale de la révélation du passé nazi de Kurt Waldheim.
Après la seconde guerre mondiale, l’Autriche est mise sous tutelle des vainqueurs.
Mais le communisme n’y est pas imposé. En 1955, le Traité d’Etat redonne la souveraineté à l’Autriche, avec un statut de neutralité, mais toujours dans un contexte de démocratie de type occidental.
A la chute du communisme, l’Autriche est candidate à l’adhésion CEE.
L’Autriche devient membre de la CEE en 1995.
  • La langue autrichienne

L’allemand est une langue indo-européenne du groupe germanique (qui comprend aussi l’anglais). On distingue en général le haut-allemand parlé au nord de l'Allemagne du bas-allemand parlé aussi en Autriche.
Quelques minorités, en particulier slovènes.

 
 
L'Autriche et l'Euro

Le pays n’a eu aucun problème pour se qualifier et introduire l’euro au 1er janvier 2002.

  • L'atelier et les différents

Un atelier à Vienne, de vieille tradition, la Monnaie d'Autriche produit avec art depuis longtemps les séries en argent de commémoratives autrichiennes, d'abord avec les 25 schillings, puis avec les 50, 100, 500 schillings en argent et les 200, 500, 1000 et 2000 schillings en or. Les nouvelles émissions en euro reprennent la même structure avec des monnaies de 5, 10 et 20 € en argent et des 50 et 100 € en or commémoratives.  Les séries Euro courantes se caractérisent, comme pour la Grèce, par la présence de la valeur faciale sur les deux faces et par un petit signe distinctif, le drapeau autrichien, le rouge étant représenté par des petites striures verticales. Aucune inscription claire du nom du pays, ni même de son abréviation, mais également la répétition de la valeur faciale, l'Autriche ne respecte donc pas les consignes de la commission eutropéenne figurant dans le Journal Officiel de la commission Européenne n°2009/23/CE. La qualité de frappe est parfaite et on trouve de vraies FDC.

  • Les monnaies
Les pièces autrichiennes sont parmi les plus belles du point de vue des collectionneurs :
De merveilleuses fleurs :
- 1 cent : la gentiane
- 2 cent : l’edelweiss
- 5 cent : la primevère
De superbes pièces dédiées à l’architecture :
- 10 cent : la cathédrale Saint Etienne de Vienne (gothique)
- 20 cent : Belvédère (baroque)
- 50 cent : la Sécession (Art nouveau)
Un hommage à ses gloires :
- 1 euro : son plus grand compositeur, Mozart
- 2 euro : la baronne Von Suttner, premier prix Nobel de la Paix féminin
Depuis 2002
1 cent 2 cent 5 cent 10 cent
20 cent 50 cent 1 euro 2 euro

 

Les 2 euro commémoratives

Les 2 euro commémoratives
2005 50 ans du Traité d'état
2007

50 ans du Traité de Rome (émission commune des 13 pays)

2009 10 ans de l'Euro (émission commune des 16 pays)
2012 10 ans de circulation l'Euro (émission commune des 17 pays)
2015 30 ans du drapeau Européen (émission commune des 19 pays)
2016 200 ans de la Banque Nationale
L'Autriche est un très important émetteur de pièces non circulantes. 
  • Les billets

La lettre pays des billets autrichiens est le N.

On trouve le N de l'Autriche sur les billets de 5, 10, 20, 50, 100, 200 et 500 euro et pour les deux signatures, Wim Duisenberg et Jean-Claude Trichet.

Pour la partie de la production dont elle est en charge, l'Autriche a fait participer l’imprimeur autrichien (F) et l’imprimeur hollandais (G).

Contact

E-mail : pays@amisdeleuro.org

Liens

- La Monnaie d'Autriche (Austrian Mint) : http://www.austrian-mint.com/

- Page Facebook de la Monnaie d'Autriche : https://www.facebook.com/muenzeoesterreich  


Retour en haut de page

Dernière mise à jour le 18/08/2013
par Clément CAUDRON